Archive pour mars, 2013

KUALA LUMPUR

17 mars, 2013

KUALA LUMPUR 2013-03-10-03.43.40-225x300

Voila un moment que je n’ai pas publié un article sur mon blog, et comme promis, je vous dois le récit de ma première excursion en dehors de Singapour! Direction la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur.

La destination a été choisie pour sa proximité, sa facilité d’accès et le plaisir de voir enfin une tête connue, Johanna! Ayant tout programmé à l’avance pour être sur de n’avoir aucune déconvenue, me voila quittant le boulot après mon dernier entretien de 15h, pour me rendre à la station de bus. J’ai préféré le bus à l’avion pour des questions financières et de praticité.  Personne ne sera étonné qu’une fois de plus je suis arrivé en avance, 1h15 avant l’heure de mon bus…. 2 solutions s’offrait à moi, faire du forcing pour partir dans le bus précèdent ou prendre mon mal en patiente sous 35 degré toujours en costar!

Le choix est donc vite fait… malheureusement le bus précèdent est complet! Je m’avachis donc dépité sur les marches longeant le parking de bus… Au bout de 5 minutes, perdu dans mes pensées, fatigué de ma semaine et le regard vide, je me réveil en sursaut sous les cris chinoisés d’un passant qui s’approchait de moi. J’ai mis presque 2 minutes supplémentaires à comprendre qu’il s’adressait bien à moi. Le monologue, que j’ai eu tant de mal à saisir, tellement le chinois prenait le pas sur les quelques mots d’anglais, a vite tourné aux insultes anti-blanc avec pour principal thème, les taxes, les jobs volés et l’esprit colonisateur de nous autres européens. Partagé entre une compréhension totale de ses remarques et  l’absence  complète de réponse fondée que je pouvais lui fournir, je suis resté planté comme un idiot ressentant un malaise profond illustré par un sourire du coin des lèvres à la fois figé et maladroit.

Bon d’accord, j’en reviens au voyage! Donc malgré cette mésaventure de quelques minutes, voila que le ciel me sourit, puisque un passager du bus précédant ne s’étant point présenté à l’heure, on me propose d’embarquer 1h plus tôt!

Première impression : Le bus est d’un confort dépassant toute mes attentes, avec des sièges tellement larges, confortables et inclinables qu’il pourrait accueillir une famille entière de malaisiens.(désolé pour le cliché).

Mon boss m’ayant gentiment fourni un Ipad et quelques PowerPoint pour approfondir mes connaissances financières durant le trajet de 5H, me voilà installé et prêt à développé ma matière grise. Au bout de 5 minutes montre en main, mes paupières supérieures viennent amoureusement épouser mes paupières inférieures provoquant un arrêt total de mon cerveau…. Malgré le confort et la fatigue accumulée, mon réveil s’est fait presque inconsciemment, à peine après une demi heure de route, pour observer le bus  traversant l’impressionnant pont surplombant le bras de mer reliant Singapour à la Malaisie.

….Mais de l’autre coté du pont commence les réjouissances des douanes qui nous rappelle combien l’espace Schengen  est à la fois une réussite et un gain de temps incroyable.  Les 30 passagers du bus sont priés de descendre, présenter leur passeports sur des bornes numérique puis rejoindre le bus de l’autre coté de la douane… (30 minutes de perdues entre la présentation des passeports et la pause pipi des ¾ des passagers, bon sang allez y avant, on est partit depuis 30 minutes !!). Une fois tout le monde réinstallé, voilà qu’une femme chinoise se présente devant mon siège et réclame sa place. Ah merde ! La compagnie n’avait pas prévu que certains passagers pouvaient embarqués à la sortie de Singapour, et donc notre passagère soi disant en retard au départ, attendait en réalité à la frontière…

Cumulant l’avantage d’être caucasien, en costar et avec ma mallette du boulot (sacoche ESG, je l’avoue lol), personne n’osa me faire de remarques. L’un des 2 chauffeurs céda son strapontin à l’avant du bus pour madame, et lui se contenta ainsi des marches (bus à deux étages). A la fois gêné et ne comprenant pas tout à fait la situation puisque personne n’osa me parler, je pris quelques minutes pour m’accorder avec ma conscience avant de reprendre mon sommeil ou je l’avais quitté.

Cette seconde tentative de repos échoua de nouveau puisque quelques kilomètres plus loin, le bus s’arrêta de nouveau à la douane de Malaisie. Le cinéma recommence donc avec cette fois ci en prime l’obligation de sortir les valises du bus pour les faire scannées (30 nouvelles minutes de perdues…comment peux t-on svp pisser deux fois en 10 minutes !!! petite vessie ces chinois). Bref on redécolle cette fois ci pour de bon, et  n’ayant plus l’envie de dormir, je décide avant que la nuit ne vienne couvrir le paysage de son voile, d’admirer les forêts de palmiers qui s’offre à moi.

J’ai conscience de ne pas être très synthétique et de donner beaucoup de détails peut être inutile, donc pour ceux qui fatiguent déjà de me lire, je vous prie de passer directement aux photos !  Les quelques heures de voyages qui suivirent ont été occupées par le visionnage de Millenium mais je vais éviter de me lancer dans la critique du film pour ne pas trop alourdir mon récit lol !

Au bout de 5h tout pile, me voilà au cœur de Kuala Lumpur ou je dois rejoindre ma copine Johanna qui n’a ni forfait, ni moyen réel de me joindre. Etant arrivé une heure plus tôt que prévu au point de rendez-vous, Je décide donc de me balader dans le centre commercial du coin. Mes premières impressions et comparaisons avec Singapour arrivent vite. Je croise en 2 minutes plus de flics que j’ai croisé en 1 mois à Singapour et pourtant je me sens 3 fois moins sécurisé sentant cette odeur virulente de corruption à plein nez. Le défilé des burqas  m’impressionne rapidement (on croise moins de musulmans à Sgp) ainsi que le concert symphonique des klaxons de taxis propre aux pays ou la circulation et le code de la route sont synonymes de totale anarchie (ce n’est pas beaucoup mieux à Singapour sur ce point !).

Après m’être commander une pizza en terrasse chez Papa Johns (la super papa) pour les connaisseurs, j’espère avoir le temps de l’engloutir avant de rejoindre notre point de rendez vous. Suite à quelques rebondissements que je vous épargne pour arriver à nous retrouver,  voilà enfin une tête bien française et bien connue qui arrive à l’horizon accompagné d’un british bien anglais et inconnu au bataillon. Les retrouvailles et présentations sont rapides et efficaces…un chauffeur nous attend !

Effectivement un vieux riche du coin a succombé au charme de Johanna après quelques verres et lui a prêté son chauffeur pour quelques heures. Ce charmant chauffeur nous a ensuite conduit chez elle ou j’ai pu me changer avant de ressortir pour la soirée …il était deja 23H.

Un aparté s’impose pour vous décrire l’appart dans lequel j’ai atterri puisque les 15 mètres de salon, le balcon et les deux chambres gigantesques attirent forcément convoitise et admiration. Sans parler bien entendu de la piscine sur le toit que vous pourrez apprécier sur les photos. J’aurai cependant la décence de taire le prix du loyer pour ne pas énerver vous autre parisiens qui avez déjà fort à faire avec de la neige en Mars !

Nous voilà parti pour le fameux quartier de Changkat, ou bar et boites de nuit se font l’accolade proposant des ambiances différentes mais toutes aussi animées. Après avoir rejoins deux autres amis français  que je salue au passage sur le balcon d’un bar surplombant la « rue de la soif », siroté quelques pina colada et d’avoir tenu la conversation avec un Ecossais et un Irlandais repérés à leur accent bien prononcé me rappelant de bon souvenirs dublinois, nous avons décidés de passer aux choses sérieuse en rejoignant le havanna club de l’autre coté de la rue !

Johanna travaillant le samedi matin, nous avions prévu une première soirée soft….je dis bien prévu ! Quelques pas de danse et une bouteille de chivas plus tard, il n’était plus question de reculer, l’ambiance étant au rendez-vous !

Le lendemain, le réveil a eu comme d’habitude des allures de Samedi matin, imposant pour ma part un maxi best off triple cheese burger (2 euros 50 le menu), un plongeon dans la piscine et une petite heure de bronzette en attendant la travailleuse qui n’a eu que 3 heures de sommeil.

Une petite visite du quartier s’est imposée ensuite puisque Joh habite en centre ville, au pied des fameuses tours petronas (voir photo) puis direction le Bird Park, une des attractions touristiques de la ville. Pour cette visite, je crois que je vais laisser parler les photos où une farandole de couleurs et de plumes tourbillonne dans un climat et paysage exotique.  Vous verrez que j’ai eu la chance de pouvoir faire plus ample connaissance avec  mes amis volants, qui bien sur, ne se sont donnés la peine de me faire la fête qu’une fois seulement que j’avais quelque chose a leur offrir (similaire aux comportement des filles dans le coin !).

Joh avait oublié de me prévenir qu’elle avait peur des oiseaux, quelques cris hystériques et rires de ma part ont donc ponctués cette visite, notamment après avoir subi une attaque virulente de dindons.

2013-03-09-08.45.21-300x225

La soirée qui a suivie toujours en compagnie de Joh et Jonahatan (the brit) fut riche en découvertes et observations sur les traditions asiatiques et les différences multiculturelles. Invités à un “business dinner” de leur enterprise, nous avons passé la soirée en compagnie de leur collègues, femmes et enfants dans la maison du patron de la boite. 2 ou 3 gardes, 4 ou 5 maid et quelques cuisto s’afféraient à gauche à droite pour s’assurer que personne ne manque de rien. Des petit jeux aussi ridicule que drôle ont été organisés au cours de la soirée en finissant par l’immanquable “Lucky draw” (tombola). Petits comme grands (comprenez de 7 à 77 ans) prennent volontiers part a ces activités, business et famille sont alors admirablement mélangés, permettant de resserrer les liens dans un schéma très patriarcale  mais décomplexé.

 

 

2013-03-09-15.10.08-300x225

Après le diner, étant inconcevable  pour moi de ne pas sortir un Samedi soir, mais comprenant la fatigue de Johanna, nous avons trouvés un compromis pour allé boire une bouteille de vin au calme dans un bar de la ville. Je ne vous ferai pas part de ma frustration de ne pas découvrir un peu plus la folle vie de nuit malaisienne mais j’ai encore le temps pour ca.

Le programme du dimanche avait été décidé longtemps à l’avance : bronzette, repos et coronas dans la piscine…. Le week end touche donc déjà a sa fin et me voilà reparti dans le bus direction Singapour. Un énième arrêt pause  repas/pipi sur le retour m’a permis d’observer l’extrême honnêteté des malaisiens, puisque le vendeur d’un snack bar m’a rattrapé pour me rendre les 2 dollars en trop que je lui avais laissé pour une boite de springles. Retour à Singap vers 23H, il est temps de se mettre au lit pout affronter une nouvelle semaine de travail.

 

2013-03-10-05.28.59-300x225

Bilan du week end très positif, je suis deja dans la préparation du suivant. J’espère que vous avez appréciez mon esprit de synthèse… Deja 1 mois que je suis la !

Kuala Lumpur
 

 

 

Au boulot!

3 mars, 2013

On aurait presque oublié que je suis parti à Singapour pour bosser! Pourtant il y a maintenant deux semaines, il a fallu, programmer son reveil, sortir le costar, se raser au poil près, se regarder dans la glace: … « tu peux le faire ».

Ceux qui m’ont côtoyé en cours de math, de finance ou qui m’ont déjà vu me servir de mon mac ces dernières années comprendront mon appréhension avant d’entamer mon premier jour de taff au sein d’une :  » Financial Software Consulting Company ».

Ne nous emballons pas non plus, je n’aurais ni swaps, bonds, otpions ou autres produits financiers à gérer… et je n’aurais pas non plus à me servir de Murex, calypso et autres logiciels inconnus échappant totalement à ma profonde ignorance du monde de l’IT. Pourtant il va falloir se mettre au vocabulaire , apprécier le milieu (non je n’ai pas voté pour….Mélanchon), et être rapidement performant!

Après deux semaines pourtant, mon enthousiasme est au beau fixe malgré l’abondance d’informations à intégrer en quelques jours. Mes responsabilités gonflent chaque jour et l’intérêt que représente le développement de la boite est vraiment motivant. Mes missions sont très variées allant des RH jusqu’au business développement en passant par un peu de marketing.

Je me suis donc rapidement fait a ma petite vie de jeune cadre dynamique, portant le costar comme il faut, profitant des afterwork sur les rooftop dominant la ville et évoluant dans un monde bien loin de ma folle vie de dublin, Milwaukee, Georges Henocque nd cie! Ne croyez pas que je ne regrette point ces belles années qui m’ont permis d’etre la ou je suis aujourd’hui et surtout qui n’ont été que du bonheur….mais un jour mon père ma dit ….. il faut sauter dans le grand bain (blague à part, il a bien prononcé ces mots!).

Je vous en dirais bien d’avantage sur mon boulot mais pour des raisons strictement professionnelles je doit respecter un brin de confidentialité…. ou plutôt parce que rentrer dans le détail serait loin de passionner la plupart d’entre vous.

Ce 3 eme week end aura sinon été tout aussi chargé que les précédents entre sorties animées, foot (3eme buts au compteur!) et un peu de baby sitting au bord de la piscine avec des jeunes de mon condo.

je vous offre pour finir une photo de mon jeune colocataire, qui en l’absence de son père (il est partit deux jours après mon arrivée et n’est jamais revenu!), commence à m’apprécier un peu trop ( je ne suis pas prêt pour la paternité je vous rassure)……..d’autant plus que sa femme vient de me dire après cette journée passée ensemble, en me voyant préparer mon risotto:

« I think that the girl who will marry you will be very happy »…. avis aux amatrices, je suis un peu dans les RH maintenant donc je ne refuse aucun CV et je sais rapidement évaluer potentiel et capacités. Par contre les photos plein pied sont fortement conseillées si vous voulez qu’on donne suite à votre demande ( un book ne serait pas de trop).

 

Au boulot! 2013-03-03-07.17.361-300x225

Sinon mon prochain article à venir est prévu après le week end prochain puisque je rejoins Johanna (copine de Dublin) à Kuala lumpur en Malaisie…….et oui, il ne faut pas penser qu’au travail non plus!